CALCUL DE LA PARTICIPATION : FO SOULÈVE DES PROBLÈMES CHEZ "BARRIÈRE"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CALCUL DE LA PARTICIPATION : FO SOULÈVE DES PROBLÈMES CHEZ "BARRIÈRE"

Message  edito le Mar 27 Déc - 11:28

CALCUL DE LA PARTICIPATION :
FO SOULÈVE DES PROBLÈMES CHEZ "BARRIÈRE"
La participation est un élément déterminant pour les salariés, car bien souvent, elle permet de disposer d'un petit "plus" financier, dans une situation où le patronat gèle les salaires, et "plombe" le pouvoir d'achat de ses employés dans la Branche des Casinos.

Dans ce contexte difficile, il est donc normal que notre syndicat opère des vérifications sur la méthode de calcul de la participation, afin de s'assurer que les salariés soient remplis de leurs droits.

Ainsi, sur plusieurs casinos du Groupe Lucien Barrière, nous avons pu mettre à jour des irrégularités, ayant pour effet de diminuer la participation versée aux salariés. De manière simple, certaines directions de casinos intègrent les pourboires collectés et centralisés par l'employeur, aux charges salariales.

Cette pratique a pour effet de gonfler artificiellement les charges de l'entreprise, et par voie de conséquence, de faire baisser la participation. Ce sont les salariés qui paient l'addition, une fois de plus !

Force Ouvrière ne peut cautionner une telle dérive, qui semble assez développée au niveau du Groupe Lucien Barrière.
D'ores et déjà, deux casinos de la Côte d'Azur, MENTON et le RUHL, ont entamé des procédures judiciaires, et nul doute que d'autres suivront. Sur ENGHIEN LES BAINS, cela fait maintenant plus d'un mois et demi, que notre syndicat attend une réponse claire sur le sujet, la lenteur de la Direction ne faisant que renforcer le doute existant.

Nous établirons dans les prochaines semaines, une fiche de vulgarisation sur le sujet, qui sera transmise à toutes nos implantations locales. Il est, en effet, important de nous assurer, que ces pratiques dilatoires, ne soient pas également appliquées dans d'autres groupes. Nous serons particulièrement vigilants pour rétablir les salariés dans leurs droits essentiels.
avatar
edito
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 731
Age : 47
Date d'inscription : 05/01/2005

Revenir en haut Aller en bas

Participation : les formules de calcul en cause

Message  edito le Sam 10 Nov - 16:10

Participation : les formules de calcul en cause

Affrontement en vue ce 8 novembre devant le tribunal de grande instance de Nice.
D’un côté, la direction du groupe Lucien Barrière.
De l’autre, FO et le comité d’entreprise du casino de Nice.
Les représentants du personnel ont assigné la société dirigée par Dominique Desseigne.
Motif : « Des écarts importants » entre la réserve spéciale de participation présentée par l’employeur et le montant estimé par les plaignants.
Assistés par le cabinet d’expertise comptable Diagoris, les contestataires réclament une régularisation, à l’euro près.
Si la somme en jeu n’a pas de quoi déstabiliser le compte d’exploitation du roi des casinos, le DRH groupe, André Decoutère, peut craindre pour l’impact négatif de cette affaire sur l’image d’une entreprise de luxe qui dit mettre un point d’honneur à « valoriser les ressources humaines, car l’excellence du service que l’on doit à nos clients exige que chacun bénéficie de bonnes conditions de travail ».

Une affaire du même genre devrait bientôt être portée devant le tribunal de grande instance de Nanterre par 1 685 collaborateurs de l’unité économique et sociale Lapeyre qui englobe une quinzaine de structures juridiques.
Eux aussi estiment avoir été lésés par le mode de calcul appliqué par le groupe, entre 2002 et 2008.
Le préjudice potentiel est conséquent : 81 M€ en cumul. Selon FO, encore à la pointe dans ce dossier, 96 % des bénéfices du groupe auraient été transférés des entités opérationnelles vers la société mère Lapeyre SA et deux holdings satellites.
Des informations que la direction ne commente pas.
Ces litiges pourraient se multiplier car, à défaut d’obtenir des augmentations à la mesure de leur attente lors des négociations annuelles obligatoires (NAO), les syndicats vérifient à la loupe leur droit collectif au partage des bénéfices, exercices antérieurs inclus. La Fédération générale des mines et de la métallurgie CFDT (FGMM) et le syndicat Symétal CFDT viennent de faire condamner la société Schlumberger Études et Productions (environ 750 personnes), à l’issue d’une procédure introduite fin 2010 devant le TGI de Nanterre.
Le DG, Cyrille Levesque, va devoir régler le manque à gagner.
En juillet dernier, c’est la cour d’appel de Paris qui enjoignait France Télécom de recalculer le montant de la participation et de l’intéressement versés aux salariés en fin de carrière, confirmant le jugement en première instance.
Dans ce contexte, certains employeurs envisagent de réviser leur formule pour la sécuriser juridiquement.
Ils se heurtent aussi à une ferme réaction des représentants du personnel.
C’est le cas chez l’ingénieriste Socotec (4 700 salariés). à la volonté du président du directoire, Vincent Oudin, de dénoncer l’accord en vigueur, les syndicats ont unanimement répliqué par une grève, le 26 octobre, et la tension est loin d’être retombée.

Gestion Sociale, 08/11/2012
avatar
edito
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 731
Age : 47
Date d'inscription : 05/01/2005

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum