Grévistes licenciés: lettre intersyndicale à Sarkozy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grévistes licenciés: lettre intersyndicale à Sarkozy

Message  David ROUSSET le Jeu 11 Jan - 18:41

Ministre de l'Intérieur Place Beauvau 75800 Paris

Lettre recommandée AR

Paris, le 11 janvier 2007

Monsieur le Ministre,

Comme vous le savez, de nombreux employés de casino ont fait grève le 31 décembre dernier à l'appel de l'intersyndicale FO, CFDT, CGT et CFE-CGC. Première grève nationale de l'histoire du secteur, ce mouvement a été fortement suivi et parmi les 50 plus gros casinos, une trentaine a vu son fonctionnement fortement perturbé et 7 d'entre eux ont carrément dû fermer.

Ce fait est d'autant plus remarquable que les employeurs ont usé et abusé de méthodes plus que discutables dans les jours précédents afin de dissuader les salariés de faire grève. L'exemple le plus frappant est sans conteste celui de Patrick PARTOUCHE, dirigeant du groupe Eponyme, qui s'est répandu dans la presse en menaçant de licencier tous les salariés qui feraient grève.

Or, depuis, trois casinos ont mis cette menace à exécution : à BERCK, EVAUX LES BAINS et POUGUE LES EAUX, tous les employés grévistes ont reçu une lettre recommandée les convoquant à un entretien préalable en vue de licenciement. Cette démarche contribue une remise en cause du droit de grève sans précédent et est totalement contraire au droit. Le droit de grève est un droit à valeur constitutionnelle et fait partie des droits fondamentaux du travailleur aux termes des conventions de l'Organisation Internationale du Travail ratifiées par la France ; à ce titre, il est constitutif de la notion d'ordre public.

C'est pourquoi, nous nous adressons solennellement à vous pour que, au cas où les directeurs de ces casinos iraient au bout de leur démarche en procédant au licenciement des salariés concernés, vous prononciez leur révocation immédiate comme le prévoit l'article 12-V alinéa 4 de la réglementation des jeux.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, nos salutations les meilleures.



Pour FORCE OUVRIERE David ROUSSET

Pour la CFDT Enrique CUEVAS

Pour la CGT Cyril SARAGAGLIA

Pour la CFE-CGC Pierre LALANNE
avatar
David ROUSSET
Langue pendue

Nombre de messages : 78
FORCE OUVRIERE : Section Fédérale
Date d'inscription : 06/11/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grévistes licenciés: lettre intersyndicale à Sarkozy

Message  David ROUSSET le Ven 12 Jan - 11:14

Sophie LUTRAND - le 10/01/2007 - 18h42


Les salariés des casinos qui ont fait grève le 31 décembre étaient-ils dans leur droit ? Non, selon les directions des groupes Partouche et Tranchant qui exploitent les casinos et qui ont l'intention de les licencier. Ces derniers ont tous reçus la semaine dernière des lettres recommandées les convoquant à un entretien préalable de licenciement. Neuf personnes sont concernées à Berck-sur-Mer dans le Pas-de-Calais et cinq à Evaux les Bains dans la Creuse pour le groupe Partouche. Entre quatorze et dix-sept salariés du casino de Pougues-les-eaux dans la Nièvre appartenant au groupe Tranchant devraient également être licenciés.

"Il ne s'agit pas d'une grève mais d'un abandon de poste", a estimé Georges Tranchant, le président fondateur du groupe qui exploite 21 casinos dont 16 en France. "Les casinos étant des délégations de service public, tout mouvement social doit faire l'objet d'un dépôt de préavis de grève", a affirmé le PDG à LCI.fr. Or, il n'y en a pas eu. Une position contestée par Force ouvrière : "Les préavis de grève concernent la fonction publique mais les casinos relèvent du privé et dans ce cas, un mot d'ordre de grève national comme celui auquel ont appelé FO, la CGT; la CFDT et la CGC le 21 décembre suffit", relève David Rousset, secrétaire général de FO Casino, contacté par LCI.fr.

Les syndicats en appellent à Nicolas Sarkozy

Cet appel à la grève avait été lancé lors d'une commission mixte paritaire entre les syndicats et le patronat à la suite d'un désaccord sur les salaires. Un certain nombre de casinos n'avaient pas pu ouvrir leurs portes le soir de la Saint-Sylvestre, un moment important pour le secteur des jeux. Ce mouvement avait ulcéré les dirigeants du groupe Partouche : "Alain Partouche était venu nous voir à Berck le 31 décembre et nous avait dit que ceux qui ne reprendraient pas le travail pourraient aller voir ailleurs en 2007", rapporte Carole Poulet croupière au casino de Berck et déléguée syndicale FO.

"Nous allons saisir par courrier le ministre de l'Intérieur pour lui demander d'exercer son pouvoir de suspendre ou révoquer ces directeurs pour motif de troubles à l'ordre public conformément à l'article 12-V alinea 4 du réglement des Jeux", a indiqué David Rousset. Ce courrier sera transmis à Nicolas Sarkozy jeudi, lors d'une entrevue avec les syndicats de salariés des casinos. "Je ne vois pas très bien ce que vient faire le ministre de l'Intérieur dans un conflit social", a estimé Georges Tranchant.

Pour Force ouvrière, il s'agit d'une remise en cause du droit constitutionnel de grève. L'intersyndicale tiendra par ailleurs une conférence de presse le mercredi 17 janvier à Berck avec les salariés qui s'apprêtent à être licenciés, le jour de leur convocation à l'entretien préalable. Si les licenciements sont confirmés, les syndicats porteront rapidement l'affaire devant les Prud'hommes.

Source TF1.fr
avatar
David ROUSSET
Langue pendue

Nombre de messages : 78
FORCE OUVRIERE : Section Fédérale
Date d'inscription : 06/11/2004

Revenir en haut Aller en bas

article de presse

Message  David ROUSSET le Ven 12 Jan - 14:34

Neuf salariés de ce casino du Pas-de-Calais, qui ont fait grève le jour de l’an, sont convoqués pour être licenciés

Le casino de Berck-sur-Mer, un des prestigieux établissements de jeux de la côte d’Opale, dans le Pas-de-Calais, fut l’un des sept restés portes closes le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre, suite au mouvement national de grève lancé par l’intersyndicale FO, CFDT, CGT, CFE-CGC. Sur treize salariés appelés à travailler ce soir-là, neuf ont cessé le travail. Les neuf, trois croupières, deux caissières et quatre contrôleurs aux entrées, sont convoqués pour un entretien préalable à leur licenciement. Tous à la même date, le 17 janvier prochain, à la même heure, à 15 h 30. Patrick Partouche, PDG du groupe Partouche, propriétaire d’une cinquantaine de casinos en France était venu en personne à Berck menacer que « si on ne reprenait pas le travail, il faudrait aller voir la concurrence », raconte Carole Poulet, déléguée syndicale FO. « On suppose donc qu’il veut nous licencier pour avoir fait la grève, car personne n’a commis de faute professionnelle », conclut-elle.

Mais licencier pour fait de grève est interdit par la loi. La direction justifie donc sa décision par le non-respect d’un « devoir d’information et d’un devoir de préavis ». Mais, rétorque Carole Poulet, « nous n’avions pas à en déposer à l’échelle de l’établissement puisque nous étions couverts par un préavis national ». Parmi les neufs salariés menacés, trois sont « protégés » par des mandats syndicaux. L’inspection du travail doit donc donner son aval à leur licenciement. Le PDG s’apprête aussi à mettre à la porte deux couples, dont les femmes sont enceintes. « Nous ne sommes pas prêts à nous laisser faire. Nous n’hésiterons pas à aller aux prud’hommes », prévient Carole Poulet.

Travaillant dans le luxe mais payés au salaire minimum, ces « smicards du tapis vert » ont cessé le travail pour tenter de faire entendre leurs revendications : une augmentation salariale de 5 % et l’attribution d’un 13e mois, mesures jugées utiles pour compenser des horaires de travail décalés, nuit et dimanche, et des salaires qui se situent autour de 1 000 euros net. Ils demandaient aussi le retrait d’un projet d’arrêté ministériel de « réforme de la réglementation des casinos », qui doit être ratifié en janvier par le ministre de tutelle Nicolas Sarkozy et provoquerait, selon les syndicats, la suppression de 3 500 des 17 000 emplois du secteur.

Source : l'humanité.fr
avatar
David ROUSSET
Langue pendue

Nombre de messages : 78
FORCE OUVRIERE : Section Fédérale
Date d'inscription : 06/11/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grévistes licenciés: lettre intersyndicale à Sarkozy

Message  ajr le Mar 3 Mar - 17:28

Up !

ajr
Langue pendue

Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 18/02/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grévistes licenciés: lettre intersyndicale à Sarkozy

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum