Loi Travail et réformisme : Résistance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Loi Travail et réformisme : Résistance

Message  edito le Jeu 21 Avr - 12:28

Loi Travail et réformisme : Résistance

Jean-Claude MAILLY vient de dénoncer l'absence de négociation collective dans le cadre de la Loi Travail, et son éventuelle volonté de saisir les juridictions. Nous ne pouvons qu'apporter notre soutien plein et entier à cette démarche qui démontrera, tel que l'énonce le Secrétaire général de la Confédération FO : "C’est un flagrantdélit d’omission ! La procédure n’a pas respecté l’article L. 1 du code du travail. J’en ai la preuve."

Cette attitude gouvernementale et ce contexte général ne sont pas éloignés des problèmes que nous rencontrons au niveau des Branches, notamment dans les Casinos. Les principes de négociation collective sont foulés au pied par le MEDEF, accompagné dans ses démarches de destruction sociale par les syndicats dits "réformistes".

Etre réformiste ne veut rien dire en soit. Tous les syndicats le sont, car en validant des accords, ils modifient les règles antérieures et réforment l'existant. Le réformisme que l'on vous vend aujourd'hui, s'inscrit dans sa définition la plus vile, à savoir détruire les règles qui existent au profit de règles moins avantageuses pour les salariés. Contribuer à cette démarche relève davantage du collaborationnisme.

D'ailleurs, nous devrons rapidement nous poser la question du respect des critères d'indépendance, tels que fixés dans la Loi de modernisation sociale de 2008. Un syndicat trop complaisant vis-à-vis de l'employeur est-il encore un syndicat ?

La jurisprudence récente démontre que non. En conséquence, nous devrons prendre nos responsabilités et aller sur ce terrain afin de faire tomber définitivement les masques sur une imposture dont sont victimes les salariés.

Mais l'indépendance est également valable au niveau des partis politiques. A Force Ouvrière, nous avons toujours clamé haut et fort ce principe fondateur de notre organisation.

C'est à ce seul prix que nous pourrons continuer à être libres, en dénonçant toute mesure antisociale, de quelque bord qu'elle vienne. Mais là encore, de nombreuses interrogations doivent se poser, dès lors que de nombreux membres de syndicats intègrent les structures mêmes de l'Etat. Que penser "d'anciens syndicalistes" devenant Inspecteur des Affaires Sociales, Député européen ou, comme publié au JO du 18 mars dernier, Chef de cabinet adjoint de Myriam EL KHOMRI ? Il existe une véritable filiation entre le PS et les ex CFDT, assortie d'un mélange des genres non souhaitable, à moins que tout cela ne relève que de la pure coïncidence. Les salariés de Florange apprécieront.

Syndicalisme et politique ne doivent aucunement être mélangés, c'est une certitude.

En conséquence, la Section fédérale des Casinos et Cercles de Jeux réitère son engagement jusqu'au retrait total du projet de Loi Travail, et demande à ses militants de rester fortement mobilisés.

Par ailleurs, nous nous engageons à prendre toute mesure nécessaire afin de faire cesser des pratiques déloyales n'ayant plus rien à voir avec un syndicalisme de revendication, destiné à améliorer le quotidien des travailleurs. Pour nous, les travailleurs sont les actifs, les retraités, les jeunes et les salariés en recherche d’emploi, sans aucune distinction.

Nos actions n’excluent personne et nous considérons qu'ils ne doivent pas devenir des salariés de seconde zone, moins protégés et moins rémunérés, véritables parias des temps modernes.

La Loi Travail et le "réformisme" syndical ne servent qu'à ça !
avatar
edito
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 727
Age : 47
Date d'inscription : 05/01/2005

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum